20/12/2008

Mich

Michel Willaert n’est plus….… à Bossière…

Réuni en séance plénière, ce lundi 15 décembre, le Conseil d’Administration a décidé de se séparer de MICHEL WILLAERT dont il a accepté la démission.

michC’est donc la fin d’une belle aventure de 7 années entre le CSB et Michel W.

En 2001, débarquait à Bossière un sympathique barbu muni d’un CV plus que « respectable » puisqu’il a entraîné en P2 à Petit-Waret, à Wartet, à l’UR Namur, à Saint-Servais, à Gembloux. Outre son passé de footballeur aux côtés, par exemple, d’Helmut Graf ou Jean Thissen, il a aussi été entraîné par Mrs Semmeling, Depireux, Turudija, Simoncini, Croté, Bojo Ban, etc. Nous « disposions » donc d’un homme de terrain et d’expérience… qu’il va d’ailleurs très vite mettre au service de notre club dans le seul but de le faire grandir, mûrir et émerger.

En 2002, M.W. lançait le 1er stage de Bossière, parrainé par Siquet et Proto. Un réel succès  et aujourd’hui une référence dans la région puisqu’en 7 ans nous avons accueilli et contribué à la formation de presque un millier de jeunes de tous clubs et horizons. Il a su mobiliser des dizaines de formateurs, imposer une vraie «marque de fabrique », un esprit et un enseignement de qualité soutenu par un pléiade de joueurs de renom (Laquait, Renard, Runje, Scifo, Defays, Siquet, Proto, etc.)

Le stage à peine terminé, Michel s’investissait dans le tournoi de mai et parvenait à réunir aussi bien le gratin de la province que des délégations de Mons, Charleroi ou du Standard, (clubs que nous avons eu l’honneur, par la suite, de rencontrer dans leurs installations, merci Mich !).

Chaque année, grâce aux sponsors qu’il dénichait, à son culot et son bagout, nos jeunes ont reçu une Saint-Nicolas « princière » et s’il fallait une cerise sur le gâteau, ce serait le succès de cette sympathique et originale pêche aux canards qui a, une fois de plus, mis le club en exergue dans nos médias, presse et télévision.

mich2

Tout cela demandait beaucoup d’énergie et de passion qu’il investissait également dans des points moins médiatisés de son « job » : l’amélioration du matériel, l’encadrement des jeunes, l’esprit sportif, humain, familial et social du club.

Certes, malgré le portrait élogieux que j’ai dressé, l’homme n’est pas un saint et ne s’est d’ailleurs jamais érigé en tant que tel mais pour tout le bien qu’il a fait pour SON club durant toutes ces années, nous lui devons plus qu’un salut ou un simple au revoir.

Le plus beau serait de voir fleurir – malgré l’hiver – des dizaines de « MERCI » aux quatre coins de nos terrains, parce qu’il les vaut bien !

Bonne route, Michel et merci pour tout ce que tu nous as apporté.

Vincent

22:29 Écrit par Vincent

Les commentaires sont fermés.